lo-ol

“Less is more.”

Web services

Clients web cardDAV et calDAV pour Baïkal

Rédigé par lolo • 06 mars 2015 • 7 commentaires

Pour stocker et synchroniser mes contacts et calendriers sur mon nas, j'utilise le serveur Baïkal. J'en suis pleinement satisfait car il est sobre et efficace (KISS), utilise les protocoles ouverts cardDAV et calDAV, ... En revanche, il se limite à son rôle de serveur (administration et gestion des utilisateurs) et ne permet pas de voir ou consulter les agendas et les contacts. Pour cela, il faut passer par des applications clientes tierces. Sur mon pc portable, j'utilise Thunderbird avec l'extension Lightning (pour les calendriers) et SOGo Connector (pour les contacts). Sur mon smartphone Firefox OS, j'utilise l'appli native pour synchroniser les calendriers et l'application SyncDav pour les contacts (voir mon précédent article). Mais je n'avais pas encore trouvé de clients web opensource gérant les protocoles CardDAV et CalDAV.

Ce n'est plus le cas désormais car j'ai trouvé deux pépites : CalDavZAP et CardDavMATE. Ces clients web opensource, simples, légers et fonctionnels répondent exactement à mon besoin et respectent la philosophie KISS.

Pour les installer, rien de bien compliqué et tout est décrit dans l'aide. A titre d'exemple, voici ce que j'ai dû faire sur mon serveur :

  • récupérer, dézipper les dossiers caldavzap et cardavmate et les placer à la racine du répertoire web.
  • attribuer les droits au groupe web sur les dossiers caldavzap et carddavmate.
  • modifier les fichiers config.js des deux dossiers selon mes besoins. Le paramètre important à définir est celui qui indique l'adresse du serveur Baïkal :

  - pour caldavzap, j'utilise la variable globalNetworkCheckSettings :

var globalNetworkCheckSettings={href: 'http://www.mon-serveur.com/baikal/cal.php/principals/', ...}

   - pour carddavmate, j'utilise la même variable avec comme url :

var globalNetworkCheckSettings={href: 'http://www.mon-serveur.com/baikal/card.php/principals/', ...}

Et voilà, c'est tout ! Vous pouvez désormais accéder à l'interface de vos deux clients fraîchements installés et vous connecter avec votre login/mdp d'utilisateur Baïkal. Le reste, c'est que du bonheur.

Un petit up dans ma todo list "Degooglization" :

Gestion d'agendas web :    Google Agenda -> CalDavZAP

Gestion de contacts web : Google contacts -> CardDavMATE

 

Owncloud vs Firefox Sync le retour

Rédigé par lolo • 27 juillet 2014 • 2 commentaires

Jusque là, j'utilisais owncloud sur mon nas avec l'extension Mozilla Sync Service pour auto-héberger ma synchronisation Firefox (voir mon précédent article owncloud, le cloud maison) et tout le monde était content. Au début, le choix d'owncloud m'a semblé pertinent car il permettait en plus de gérer un cloud perso, de synchroniser mes contacts et agenda, de faire le café, ...

Sauf que je me rends compte aujourd'hui que j'utilise l'usine à gaz Owncloud uniquement pour la synchro Firefox. C'est quand même bien dommage.

J'ai donc pris la sage décision de me séparer d'Owncloud et de trouver une solution alternative plus légère pour synchroniser mon compte Firefox. De plus, il est grand temps de trouver une solution car jusque là mon ancienne synchronisation fonctionnait encore, mais ça ne sera bientôt plus le cas avec la future version de Firefox (31). En effet, depuis la version 29, ils ont complètement refait leur serveur de synchronisation : l'ancienne version Sync-Server 1.1 va laisser place à la nouvelle Sync-Server 1.5. Pour l'instant, une rétro-compatibilité avec l'ancienne version est assurée mais ça ne va pas durer :-(.

La nouvelle version est censée être plus simple, meilleure, etc... Sauf qu'il faut créer un compte Firefox pour l'utiliser (doh !) et qu'aucune solution en auto-hébergement n'est prévue pour le moment (re-doh!). Avec la version actuelle de Firefox (30), il n'est déjà plus possible de synchroniser de nouveaux appareils. J'ai fait le test à mes dépends en supprimant l'ancienne synchronisation de mon pc et effectivement, il me propose désormais de passer par la nouvelle interface pour me synchroniser (i.e, créer un compte firefox).

Après plusieurs tentatives qui se sont toutes soldées par des échecs, j'ai pour le moment fait une croix sur l'auto-hébergement de mon compte Firefox et créer un compte chez eux. Au moins, j'ai quand même pu virer Owncloud, c'est déjà ça.

J'espère que la synchronisation via le compte Firefox ne me réserve pas d'autres surprises. Je devrais vite être fixé en début de semaine en testant la synchronisation avec mon poste au boulot. Affaire à suivre donc ...

Calibre et COPS pour gérer ses ebooks

Rédigé par lolo • 29 août 2013 • 18 commentaires

calibre

 

Si comme moi vous avez une liseuse électronique, alors il y a de grandes chances pour que vous connaissiez l'excellent logiciel libre Calibre.

De mon côté, je ne l'utilisais pas trop mais étant donné qu'il vient de passer en version 1.0 après plusieurs années de développement, je me suis dit que c'était le moment de le dépoussiérer.

Après une installation facile, je commence à importer ma collection d'ebooks. Le problème lorsqu'on récupère des livres d'endroits divers et variés, c'est qu'on se retrouve au final avec une bibliothèque qui est dans un foutu désordre ; des livres en double, des métadonnées en pagaille (même auteur avec cinq orthographes différents, étiquettes inutiles, ...). Bref, il faut passer par la case nettoyage et ça peut être long. Heureusement, Calibre dispose d'un tas d'outil pour faciliter/automatiser certaines tâches. Un bon tuto qui traite ce sujet est disponible ici.

Après plusieurs heures, j'obtiens enfin une collection proprifiée. Du coup, j'en profite pour installer COPS sur mon nas. COPS, aka Calibre Open Publication Distribution System est une alternative légère au serveur de contenu fourni par Calibre. Cela permet de rendre consultable en ligne sa bibliothèque numérique.

Pour installer COPS sur un nas Synology, j'ai suivi l'article rédigé par l'auteur du soft lui même ici. Après une installation sans encombre, il y a certains réglages à effectuer. Par exemple, si l'on veut protéger l'accès à sa bibliothèque avec une autorisation basique par login/mot de passe, il va falloir mettre "un peu" les mains dans le cambouis :

1. Créer un nouveau fichier en dehors de l'arborescence web du serveur et qui va contenir le mot de passe. Par exemple, pour un nas Synology :
depuis une connexion ssh sous vi :

touch /volume1/external_include/passwd_calibre

2. Editer le fichier et coller la paire login/password générée par un générateurs de mot de passe du type http://www.askapache.com/online-tool...sswd-generator

3. Editer le fichier .htaccess qui se trouve dans le répertoire d'installation de COPS et le modifier en ajoutant les éléments qui vont bien :

 Pour un synology :

vi /volume1/web/cops/.htaccess

Puis ajouter ceci dans le fichier, pour une authentification basique :

AuthType Basic
AuthName "Acces securise"
Require valid-user
AuthUserFile /volume1/external_include/passwd_calibre

 Et voila, votre collection d'ebook est disponible depuis n'importe où et avec un accès un minimum protégé !

 

COPS1

 

COPS2

Au revoir MediaWiki, bienvenue à DokuWiki !

Rédigé par lolo • 29 août 2013 • Aucun commentaire

Dans ma série : "Au revoir ..., bienvenue à ...", j'ai décidé de remplacer mon vieux wiki propulsé par MediaWiki. Je trouve celui-ci trop lourd, lent avec une syntaxe compliquée (Il n'y a qu'à voir pour créer des tableaux par exemple).

J'ai donc fait un rapide tour d'horizon des CMS de type wiki existants sur le marché (du libre ;-)). Mon choix s'est arrêté sur DokuWiki qui m'apparaît comme un bon compromis entre simplicité, légèreté et fonctionnalités avancées.

Côté installation, celle-ci se fait très simplement, en quelques minutes seulement car il n'y a même pas besoin d'installer de base de données. Si vraiment vous avez besoin d'un coup de main, voici un tuto rédigé par sebsauvage, grand défenseur de DokuWiki et du libre.

Une fois le logiciel installé, celui-ci se configure facilement. Quelques extensions pratiques sont installées par défaut (éditeur de type WYSIWYG, , coloration syntaxique de code, ...) et il est toujours possible d'en installer de nouvelles parmi un vaste choix.

La syntaxe de DokuWiki est assez similaire à celle de MediaWiki mais plus simple de manière générale (cf la création de tableaux par exemple).

Côté design, j'aime bien l'aspect sobre et épuré du thème dokuwiki. Cela dit, pour les adeptes du style visuel de MediaWiki, il existe le thème "monobook", qui transformera votre doku en MediaWiki-like (mais plus rapide ;-)).

Pour rapatrier mon ancien wiki sur le nouveau, j'ai préféré le faire à la main (je ne sais pas s'il y a des outils qui font cela automatiquement) afin de m'habituer à la syntaxe et de mettre à jour / réecrire l'ancien contenu. Pour garder quelque chose de proche de ce que j'avais avant, j'ai installé trois extensions supplémentaires bien pratiques : color (pour colorer facilement du texte), editx (pour renommer ou supprimer des pages) et imagebox (pour placer des images avec des légendes).

Résultat :

Après quelques heures, j'ai réussi à rapatrier l'ensemble de mon ancien wiki. Je dispose désormais d'un wiki plus simple, léger et rapide : objectif atteint !

Remarques :

Il existe des wikis encore plus léger et simples que dokuwiki. C'est le cas par exemple de BlazeKiss  développé par Idleman. Celui-ci est très léger et propose une syntaxe particulièrement élégante. Je ne l'ai pas retenu car il est toutefois moins riche en fonctionnalité par rapport aux wikis populaires. A surveiller tout de même ;-)

Au revoir Wordpress, bienvenue à Pluxml !

Rédigé par lolo • 02 juin 2013 • Aucun commentaire

Dans mon article précédent  "Au revoir RSSLounge, bienvenue à Leed !", je me suis intéressé à l'utilisation d'un agrégateur de flux plus léger.

Toujours dans le même objectif d'allègement de mes services web hébergés sur mon serveur, je m'intéresse aujourd'hui aux alternatives libres, simples et légères pour gérer mon blog.

Situation actuelle :

J'utilise actuellement Wordpress qui a de nombreux avantages. Il est très populaire (donc bien documenté), facile d'utilisation et complet. Mais celui-ci a surtout un gros défaut; sa lourdeur. Surtout que dans mon cas, il ne me sert qu'à héberger 3 pauvres articles (j'exagère à peine). Autrement dit, j'ai un bazooka a disposition avec lequel je chasse les mouches :

 

A noter qu'une telle arme existe vraiment : le bug-a-salt !

Après une veille rapide sur le net, j'ai trouvé un très bon article d'Idleman sur le même sujet : comparatif des blogs libres dans lequel il présente 6 moteurs de blog : LifeType, PluXML, Chyrp, BlogoText, TextPattern et Habari.

Avant d'aller plus loin, faisons le tour des fonctionnalités attendus pour mon nouveau blog :

  1. Interface d'administration claire et suffisament fournie
  2. Ajout, modification et suppression d'article simple
  3. Mise en page facilitée par un éditeur de type WYSIWYG
  4. Flux rss et système de commentaires
  5. Bonne rapidité de chargement
  6. Possibilité d'ajouter des plugins
  7. Design graphique minimaliste, espacée mais un minimum travaillé
  8. Possibilité d'ajouter facilement des médias (images surtout)
  9. Possibilité de faire du syntax highlight pour des bouts de code.
  10. Personnalisation de thème simple
  11. Outil pour migrer mes articles wordpress

 J'ai regardé les différentes solutions proposées par Idleman et j'en ai retenu 2 : Blogtext et Pluxml.

1/ Blogotext :

Blogotext est un moteur de blog simple et léger qui utilise une base de données de type SQLite ou MySql. Il répond assez bien à mon cahier des charges sauf pour plusieurs points :

  • L'interface d'administration est assez sommaire
  • On ne peut pas installer de nouveaux plugins.
  • Les thèmes proposées sont très simples et je n'ai pas trop envie de passer du temps à en créer de nouveaux.

2/ Pluxml :

Pluxml est lui aussi simple et léger avec la particularité de ne pas utiliser de BDD (tout est géré à partir d'xml). Contrairement à Blogotext, l'interface d'administration est beaucoup plus riche et il est possible d'installer des plugins officiels ou non-officiels. De plus, les thèmes proposés sont plus nombreux et plus sympas je trouve (voir ici). A noter qu'il est possible d'importer un blog wordpress grace à un script php : wp2pluxml.

Avec un peu de configuration et l'installation de quelques plugins, je suis parvenu à un résultat plus que correct et qui répond à l'essentiel des points de mon cahier de charges. Objectif atteint !

Bilan :

Afin d'estimer le gain en terme de rapidité d'affichage, j'ai comparé le chargement de la page d'accueil de mon blog wordpress et de celle de mon nouveau blog pluxml, en utilisant les thèmes par défauts pour les deux (les résultats peuvent varier grandement en fonction des thèmes qu'on utilise). Pour estimer la rapidité de chargement, j'ai utilisé le site Pingdom Website Speed Test et voici le résultat obtenu :

 

 

Le résultat est logique et correspond à mes attentes. La page d'accueil est 3 fois plus légère et son temps de chargement ... 3 fois plus court (quoi, me dites pas que vous êtes surpris smiley ?).

 

Une remarque concernant la rapidité de chargement ; celle-ci peut être très variable selon le thème utilisé. Par exemple, j'ai fait le même type de test avec deux thèmes différents de pluxml et voici ce que j'obtiens :

 

 

Après quelques jours d'utilisation, je suis très satisfait de pluxml et je peux désormais tirer définitivement un trait sur wordpress (c'est mon nas qui me remercie). D'ailleurs, au cas ou vous ne l'auriez pas remarqué, l'article que vous lisez en ce moment même a été rédigé sur pluxml.

Au revoir Wordpress et bienvenue à Pluxml !